martinique 20 nov 2013 – nouvelle dérogation pour les épandages aériens

Written by Jos. Posted in RÉGIONALES

 

epandage_martinique

 

Martinique      logo 1ère         21 nov 2013

Reprise de l’épandage aérien : « c’est

une déclaration de guerre » (docteur Jos-Pelage)

Le préfet a signé une nouvelle dérogation permettant l’épandage aérien de pesticides sur les bananeraies . Une décision inattendue car la précédente dérogation avait été suspendue le 28 août dernier par le tribunal administratif et un jugement sur le fond était attendu pour le 28 novembre prochain.

 

L’état justifie ce nouvel arrêté par les conditions drastiques qui seront imposées aux planteurs. Les opposants de l’AMSES, l’association médicale pour la sauvegarde de l’environnement et de la santé, estiment qu’il s’agit là d’une véritable déclaration de guerre. »Vous tuez les populations et vous pensez, qu’elles vont rester là à vous regarder », déclare le docteur Jos-Pelage.

 

 

Guadeloupe    logo 1ère      20 nov 2013

 

Les associations écologiques protestent contre cette disposition du Préfet. Elles dénoncent tout d’abord le mépris de la santé des martiniquais et des risques pris pour la faune et la flore. Elles affirment que lors d’un épandage aérien, des produits toxiques sont dispersés dans les zones autour des plantations.
Au delà de ce danger pour la santé mis en avant, l’association pour la sauvegarde du patrimoine martiniquais (ASSAUPAMAR) dénonce une manipulation des services de l’Etat par « les békés ». Selon elle, cette période de 4 mois supplémentaires a été offerte aux planteurs afin qu’ils écoulent leurs stocks de pesticides sans perte.

 

lire  aussi     http://www.eauxglacees.com/Nouvel-epandage-aerien-de

Dans le monde agricole, en Guadeloupe, un syndicat de producteurs s’élève aussi contre l’usage intensif des pesticides.

Lire leur communiqué

 

 

30 août 2013 – L’épandage aérien suspendu jusqu’à nouvel ordre

Written by Jos. Posted in RÉGIONALES

epandage-stop

 

Les magistrats du tribunal administratif de Fort de France ont décidé de suspendre l’épandage aérien pour lutter contre la cercosporiose noire dans la banane. L’épandage était pourtant autorisé par l’état le 26 février dernier. Le président de la chambre d’agriculture craint le pire…

« Le préfet n’a pas retenu la règle relative au principe de précaution », argumentaient les avocats des opposants à l’épandage aérien. Les mêmes avocats qui ont expliqué aux magistrats du tribunal administratif de Fort de France, le 23 août dernier, qu’ils devaient s’appuyer sur la décision du tribunal de Basse-Terre qui lui-même a tenu compte du rapport du sénat.

Les sénateurs ont estimé en substance que l’épandage aérien présente un risque pour la santé, le tribunal administratif de Fort de France a adopté une position similaire à celui de Basse-Terre. Les magistrats décident de suspendre l’autorisation accordée  aux planteurs de bananes par le préfet le 26 avril dernier. La requête avait été déposée par l‘ assaupamar et l’association pour la sauvegarde de l’environnement et la santé. L’état est condamné à verser à ces deux associations la somme de 1000€ au titre des frais exposés et non compris dans les dépens.

Le président de la chambre d’agriculture déclare que le tribunal administratif prend le risque de la disparition de la banane à la Martinique, y compris de la banane utilisée en légume.

sur MARTINIQUE  1ERE, Joseph Nodin   le 30/08/2013

pour en savoir plus:

 « Chlordécone aux Antilles », Bulletin de Veille Sanitaire, avril 2012

  « Les Antilles malades du chlordécone », Alternatives Economiques,  septembre 2013