Alerte Médecins Pesticides » Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Voilà plusieurs années que nous observons  chez nos patients une recrudescence de maladies chroniques : cancers, troubles de la fertilité, maladies neurologiques, diabète…Médecins du travail, médecins libéraux et hospitaliers, toutes spécialités confondues, nous faisons ce même constat.

Nous découvrons, dans le même temps, dans les publications scientifiques médicales, que les pesticides sont largement incriminés dans cette recrudescence.

Nous considérons donc qu’il est de notre devoir de médecins de mettre en garde les agriculteurs, les plus exposés, d’alerter les pouvoirs publics, et d’informer plus largement toute la population sur la dangerosité de ces produits.

L’appel du 15 mars, pour une réduction de l’usage des pesticides, concrétisait cette prise de conscience. Signé par 160 médecins limousins, il a été répercuté pendant quelques semaines dans les médias régionaux et nationaux.

Il a soulevé ici et là quelques questions. Il a eu le don d’agacer certains agriculteurs qui, sans les « phytosanitaires », sont convaincus d’aller à la faillite.

Mais il a fait naître un petit espoir chez les personnes victimes des pesticides – les associations de riverains des zones d’épandages, les malades des pesticides – voyant dans notre démarche un soutien à leurs doléances.

Il a bien sûr aussi été accueilli favorablement par les médecins épidémiologistes et toxicologues qui alertent, depuis des années, sur leurs dangers.

 Puis, l’effervescence médiatique retombée, une vingtaine de signataires ont rapidement pris conscience que cet appel ne pouvait être qu’un début. Il fallait renouer avec les agriculteurs, ne pas abandonner les riverains, revenir à la charge auprès des décideurs, informer et sensibiliser le public, soutenir ceux qui se battent pour améliorer les règlementations vis à vis des pesticides….

Une association s’est donc créée, en juin 2013, composée de médecins issus du collectif des signataires de l’appel de mars, pour promouvoir et prolonger cet appel. Et pour tenter de réaliser les projets pré-cités.