mai 2005 – La déclaration de Prague sur les Perturbateurs endocriniens

Written by Jos. Posted in L'appel de Prague

L’Appel de Prague a été rédigé en 2005 par plus d’une centaine de scientifiques dont Andreas Kortenkamp et André Cicolella. Il présente une synthèse des connaissances et des propositions de recherche sur la question des perturbateurs endocriniens.

L’essentiel de l’Appel est dans cette phrase :

« Au vu de l’ampleur des risques associés aux perturbateurs endocriniens, nous croyons fermement que les incertitudes scientifiques ne devraient pas retarder la mise en oeuvre du principe de précaution visant à réduire les expositions aux risques des perturbateurs endocriniens ».

En voici un résumé :

• De sérieuses craintes émergent concernant le niveau élevé de troubles de la reproduction chez les garçons et jeunes gens européens ainsi que l’augmentation des cancers touchant les organes reproducteurs, sein et testicules.

Le mode de vie, le régime alimentaire et les facteurs environnementaux jouent un rôle dans les différences qui peuvent être observées régionalement en ce qui concerne ces troubles et leur évolution dans le temps.

• L’action hormonale joue un rôle important comme cause ou au cours de l’évolution des troubles évoqués ci-dessus. Par conséquent, il est probable que l’exposition aux perturbateurs endocriniens puisse être incriminée, même si le lien de cause à effet chez l’homme est beaucoup plus difficile à établir.

• On peut déplorer un sérieux manque de connaissances concernant les effets des perturbateurs endocriniens sur d’autres maladies graves telles que l’obésité, les troubles neurologiques, le stress…

• Le lien de causalité est bien établi entre les effets nocifs pour la faune et la flore et l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Dans un certain nombre de cas, il est probable que la sévérité des effets puisse avoir un impact au niveau des populations et pas seulement au niveau individuel.

La faune et la flore fournissent des signaux précurseurs des effets produits par les perturbateurs endocriniens avant qu’ils ne soient observés chez l’être humain.

• La faune et la flore représentent un enjeu de protection à part entière. Les effets des perturbateurs endocriniens observés en laboratoire indiquent que ces substances peuvent constituer une réelle menace pour la biodiversité à l’instar des composés organostanneux et des autres composés présents utilisés sur les coques de bateaux.

• Les Européens sont exposés à de faibles niveaux à un grand nombre de perturbateurs endocriniens lesquels peuvent interagir. Un grand nombre de ces substances chimiques, synthétiques ou naturelles se retrouvent dans les tissus humains et dans le lait maternel. Les humains sont exposés à ces substances très tôt, au moment où l’organisme se développe le plus et est particulièrement sensible.

Les mécanismes existants d’évaluation et de prévention des effets des substances chimiques sont inadaptés aux perturbateurs endocriniens. Les tests ne prennent pas en compte les effets d’expositions simultanées à de nombreuses substances chimiques et sous-estiment les risques qui y sont liés.

• Le protocole actuel de mesure du niveau de sûreté est basé sur les effets reproducteurs et par conséquent ne prend pas en compte les effets délétères des perturbateurs endocriniens sur les autres tissus. De nouvelles batteries de tests doivent être développées pour résoudre ce problème.

• Au vu de l’ampleur des risques associés aux perturbateurs endocriniens, nous croyons fermement que les incertitudes scientifiques ne devraient pas retarder la mise en oeuvre du principe de précaution visant à réduire les expositions aux risques des perturbateurs endocriniens.

• Le défi posé par les perturbateurs endocriniens requiert un engagement sur le long terme de veille et de recherche afin de mieux caractériser les expositions des êtres humains comme de la faune et flore, ainsi que leurs mécanismes d’action et d’interaction. Cet élan permettrait une meilleure protection de la santé des citoyens européens et de leur environnement.

 

                                                    Lire l’appel de Prague dans son intégralité