Médecins, vous êtes invités
à SIGNER L'APPEL   

à PARTICIPER à la campagne "Perturbateurs endocriniens: protégeons les femmes enceintes et leurs bébés"

MAI 2016  –  Interview du Dr PÉRINAUD sur Fréquence Médicale:  le glyphosate, l’EFSA, l’ANSES, et notre campagne d’information sur les PE

 

10 juillet 2017 – Un accord européen sur la définition des PE vient donc d’être signé, mais nous ne sommes pas rassurés. Quantité de substances PE vont rester hors du champ de cette définition.
Avec l’AMSES et l’ASEF, nous écrivons aujourd’hui une seconde lettre ouverte aux ministres de l’Ecologie, de la Santé, et de l’Agriculture

lire notre lettre ouverte

 

29 juin 2017 – PERTURBATEURS ENDOCRINIENS(PE): L’EUROPE VA-T-ELLE MANQUER DE VOLONTE POLITIQUE UNE FOIS ENCORE?

Avec l’AMSES et l’ASEF, deux associations médicales pour la sauvegarde de la santé environnementale, nous avons écrit le 22 juin une lettre ouverte aux Ministres de la Santé et de l’Ecologie du nouveau gouvernement pour les alerter sur la responsabilité qui leur incombe concernant la définition des PE.
Début juillet, sans doute le 4, les Etats membres de l’UE doivent à nouveau se prononcer par un vote sur la définition de ces substances, après des tergiversations interminables depuis bientôt 4 ans, tout à fait dommageables pour la santé de la population.

lire notre lettre aux Ministres

 

 

 

18 mai 2017 –  Un nouvel arrêté interministériel, du 4 mai 2017, remplaçant celui du 12 septembre 2006, vient d’être publié au JO du 7 mai. Il concerne la mise sur le marché et l’utilisation des pesticides.
Malheureusement  il ne prend toujours pas en compte la protection des salariés agricoles ni des riverains.

L’AMLP interroge ce jour le nouveau Ministre de l’Agriculture sur plusieurs articles préoccupants de cet arrêté.

lire notre courrier au Ministre

 

23 avril 2017 – Election présidentielle – Fabienne Chauvière, sur France Inter,  interviewe le Docteur Périnaud sur le dossier de Preignac (cancers infantiles en zone viticole) et la charte signée avec les pomiculteurs et leurs riverains en Limousin

écouter l’interview

20 mars 2017 – Ouverture de la semaine des alternatives aux pesticides par la signature, à Lubersac (Corrèze), de la charte « Pour une arboriculture, Pomme du Limousin, mieux intégrée à son environnement ».
Pourquoi l’AMLP est-elle signataire?

Parce que, depuis bientôt 2 ans, sous l’égide de l’Etat,
– les représentants de la filière pomicole
– les associations (de riverains, d’agriculteurs victimes des pesticides représentés par Paul François, président de Phytovictimes et l’AMLP, association alerte des médecins sur les pesticides)
– et les élus
ont su, malgré des approches fort divergentes au départ, instaurer un dialogue constructif.

Pour autant tout n’est pas réglé, mais cette charte vise clairement un objectif sanitaire, « par la maîtrise des risques liés à l’utilisation et à la dérive des produits phytosanitaires, particulièrement à proximité des lieux habités. »
Au delà des mesures techniques visant à réduire la dérive (plantation de haies ou distance de sécurité par rapport à la limite de propriété, manches à air), le plus important à nos yeux est de « substituer les molécules les plus préoccupantes pour la santé, les CMR (cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques) et les Perturbateurs Endocriniens (PE). » Car ces molécules sont toxiques pour tous, pomiculteurs et riverains.
Cela ne se fera pas en un jour. Cette volonté doit s’appuyer sur des mesures techniques ambitieuses comme:

« développer l’agriculture bio à proximité des zones d’habitat dense »
« promouvoir des bonnes pratiques identifiées dans les fermes DEPHY »  par exemple
« entamer les reconversions variétales au profit de variétés plus économes en intrants sanitaires », condition indispensable pour diminuer la consommation de pesticides.

Depuis le lancement de notre association nous l’avons toujours dit: l’usage « contrôlé » des pesticides CMR et PE est impossible, comme l’était l’usage « contrôlé » de l’amiante. Notre association mesure la responsabilité qui engage tous les signataires de cette charte: faire ce qu’ils ont écrit et signé et, « à partir d’indicateurs de suivi, poursuivre le travail commencé et faire que cette charte soit respectée et évolue en fonction des besoins et des progrès techniques ». Nous comptons bien y prendre toute notre part.

lire la charte

 

2 mars 2017 – Le Pr Benoît Vallet,  Directeur Général de la Santé, a répondu hier soir au Dr Périnaud,  président de l’AMLP. Le dossier concernant les projets des deux études (une étude épidémiologique cas-témoins, et une étude d’imprégnation et d’exposition des riverains de zones agricoles) élaborés suite à nos sollicitations, est sur son bureau. Une première réunion du comité de suivi (dont l’AMLP fera partie) est dores et déjà programmée pour le vendredi 21 avril à la DGS.

lire la réponse de Mr Vallet

 

 

28 février 2017 – L’AMLP appelle tous les citoyens à interpeller le Directeur Général de la Santé (DGS): un dossier urgent de Santé Publique est en sommeil dans un tiroir du Ministère.

 lettre au DGS (format pdf)   lettre au DGS (format word)
son adresse mail      benoit.vallet@sante.gouv.fr

 

 

8 février 2017 – Une Initiative Citoyenne Européenne pour demander l’interdiction du glyphosate, et des études indépendantes des industriels pour les dossiers d’AMM.
Objectif: recueillir 1 million de signatures d’ici l’été 2017

L’AMLP s’associe d’autant plus volontiers à cette initiative que ces demandes sont inscrites dans notre appel de 2013.
Pour soutenir cette initiative, vous pouvez signer ici   ou bien en cliquant sur le logo dans l’encadré à droite.

lire le communiqué de presse      lire le dossier de presse

20 décembre 2016 – Communiqué de presse de l’AMLP – Perturbateurs endocriniens: la Commission Européenne cède face au lobby des pesticides.

Avec 3 ans de retard la Commission Européenne (CE) va publier les critères permettant d’identifier les perturbateurs endocriniens (PE). Cela aurait dû enfin permettre l’application du règlement « pesticides » de 2009 qui stipulait clairement le retrait du marché des pesticides reconnus PE. Il n’en sera probablement rien car dans le texte que la Commission s’apprête à faire ratifier demain, elle ne propose rien de moins que d’accorder une dérogation aux pesticides explicitement conçus pour agir en perturbant le système hormonal ! Et dans la foulée de revenir sur l’essence même de la Loi : l’éviction du marché de ces produits en raison du danger qu’ils font courir et non en fonction des preuves apportées des années après leur mise sur le marché.
Conforme à la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens, le Gouvernement doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour rejeter les propositions de la Commission.

Pour plus de détails consultez la  note de l’Anses relative à ces propositions de la CE. Nous soutenons pleinement les demandes qui y sont exprimées par l’Agence et particulièrement « que la Commission rende publics le processus et les choix ayant conduit à cette nouvelle proposition » ainsi que « le classement des PE en trois catégories (PE avérés, présumés ou suspectés) à l’instar de ce qui est fait pour les substances CMR ».
En refusant un classement des PE en plusieurs catégories, la CE ne retient, de fait, que la catégorie des PE certains. Et en confondant sciemment preuve scientifique absolue (avec un niveau de preuve impossible à atteindre, selon l’Anses, avec les connaissances actuelles) et niveau de preuve nécessaire pour protéger la Santé Publique, elle permet au lobby chimique de dormir tranquille: à peine plus d’une centaine de substances sont classées dans les cancérigènes certains. Il en serait sans doute de même pour les PE, sur plusieurs milliers de produits chimiques suspectés. Le commerce mondial devrait s’en remettre.

Vous pouvez aussi consulter  notre communiqué de presse du 21 juin 2016

La décision définitive de la CE est attendue le 19 ou le 20 janvier 2017.

25 novembre 2016 – Un projet d’arrêté interministériel désastreux pour les travailleurs agricoles, pour les riverains, et pour l’environnement. Sa signature est imminente. Il doit remplacer celui du 12 septembre 2006, abrogé récemment par le Conseil d’Etat (voir sur cette même page à la date du 27 septembre).  S’il est signé en l’état, il n’aura plus vocation à protéger les travailleurs exposés, mais à faciliter les épandages de pesticides.

lire nos observations sur ce projet,  adressées à la DGAL (Ministère de l’Agriculture)

 

2016-10-02-23h18-photo-paul-bousquet

30 septembre 2016 – Procès des Faucheurs et Faucheuses Volontaires à Privas: « UNE BELLE ET GRANDE JOURNÉE! »

300 personnes étaient venues apporter leur soutien aux 2 prévenus (Sylvain et Julie, 3ème et 4ème à partir de la gauche sur la photo), accusés d’avoir saisi et neutralisé des bidons de pesticides dans les rayons d’un supermarché. Cette action, nationale, menée au mois de mars pour dénoncer la toxicité des pesticides, visait d’abord le glyphosate/Round-up, dont la dangerosité est avérée.
« Une belle et grande journée », pour reprendre l’expression d’un des soutiens. Car ce fut plus le procès des pesticides que des faucheurs.
Deux médecins étaient là aussi pour soutenir les faucheurs en apportant leur témoignage de scientifiques sur la toxicité des produits à base de glyphosate:
le Dr Joël Spiroux de Vendômois, président du CRIIGEN, (2ème à partir de la gauche, sur la photo)
et le Dr Paul Bousquet qui a témoigné au nom de l’AMLP (il tient le micro sur la photo)

(cliquer sur la photo pour l’agrandir)     lire le texte du Dr Bousquet     CR de séance par un faucheur volontaire

 

29 septembre 2016 – Soutenance de thèse par Anne-Sophie Cardin – Elaboration d’un guide de conseils préventifs contre les risques liés aux perturbateurs endocriniens, à l’usage des médecins généralistes.

Déjà en avril 2016 elle mettait en ligne des fiches-conseils de prévention pour les consultations en médecine générale. L’intérêt de ce travail n’a pas échappé au Dr Michel Nicolle, vice-président de l’AMLP, qui a apporté conseils et informations, avec d’autres confrères, pour sa réalisation.
D’autant que nous préparions notre campagne « Perturbateurs endocriniens: la société doit protéger les femmes enceintes et les bébés » en direction des médecins.

La presse en parle          Lire la thèse          Guide-conseils de prévention

 

2016-09-29-vigne-ecole

27 septembre 2016 – La protection des salariés agricoles et des riverains contre les pesticides est en suspens. Un collectif d’associations, d’organisations, et de personnalités écrit ce jour une lettre ouverte aux ministres de la Santé, de l’Environnement et de l’Agriculture, pour faire des propositions concrètes en vue de la nouvelle réglementation à venir. L’AMLP est bien évidemment dans ce collectif.

Explication: l’arrêté du 12 septembre 2006, qui imposait une protection à minima des salariés agricoles et des riverains contre les pesticides, vient d’être abrogé par le conseil d’Etat, à la demande d’un groupe de producteurs de fruits, au motif qu’il n’avait pas été déclaré à la commission européenne.
Un nouvel arrêté va donc être pris. Notre collectif espère vivement  qu’il sera plus protecteur que le précédent, et le fait savoir aux ministres en charge de le rédiger.

lire la lettre ouverte

Les citoyens qui le souhaitent peuvent aussi exprimer leur soutien  et se faire entendre sur cette question de l’exposition des populations aux pesticides, en signant une pétition en ligne sur le site de Générations Futures

 

31 août 2016 – L’Anses vient de publier un rapport sur les expositions professionnelles aux pesticides.
Ce rapport met en lumière des dysfonctionnements graves à plusieurs niveaux, conduisant à majorer les risques pour les utilisateurs, l’ensemble des personnels agricoles , et les riverains.

le rapport de l’Anses
 Avec les associations « Générations Futures » et »Phytovictimes », nous avons analysé ce rapport dans un document collectif à l’attention de l’Anses et des ministères de tutelle. Nous formulons plusieurs demandes pour lesquelles nous attendons des réponses claires.

notre analyse

 

27 juillet 2016 – Perturbateurs endocriniens(PE) – La Société d’Endocrinologie exprime sa déception et son inquiétude: les critères réglementaires de la Commission Européenne, publiés le 15 juin 2016, sont trop étroits pour protéger efficacement le public contre les PE.

lire leur communiqué

 

13 juillet 2016 – Excès de cancers pédiatriques en zone viticole: les préoccupations de l’AMLP reconnues légitimes par la DGS.

Nous avions contesté en 2015 les conclusions du rapport de l’InVS sur la suspicion d’agglomérat de cancers pédiatriques à Preignac en Gironde. L’InVS classait le dossier sans suite. Argumentation scientifique à l’appui nous pensions le contraire. La DGS nous a donné raison.

lire notre communiqué de presse

 

22 juin 2016 – Exposition des professionnels aux pesticides – Le rapport qui fait peur?

L’ANSES a présenté son rapport aux ministères de tutelle en avril 2016, mais repousse, semaines après semaines, la restitution de ces travaux aux différentes parties prenantes (ONG environnementales, associations de victimes et de médecins).
La transparence souhaitée par l’Agence restera-t-elle un voeu pieux?

lire le communiqué de presse commun de Générations Futures, Phytovictimes, WECF, et AMLP

 

 

21 juin 2016 – Perturbateurs endocriniens – La Commission Européenne était attendue depuis plus de 2 ans. Elle vient de remettre sa copie, décevante. Une fois de plus la santé publique attendra.

lire notre communiqué de presse

 

12 Mai 2016 le Dr Périnaud interviewé sur France 5

 2016 05 14 affiche modifiée

 

12 MAI 2016 – Lancement de notre campagne « Perturbateurs endocriniens: la société doit protéger les femmes enceintes et leurs bébés » en direction des médecins. Conférence de presse le 12 mai à Paris, le 13 mai à Limoges.

Avec le soutien des endocrinologues hospitaliers et libéraux,  des gynécologues-obstétriciens hospitaliers et libéraux, de l’association MG Form Limousin, du Réseau-Environnement-Santé, de Harmonie Mutuelle, de la Mutualité Française Limousine, et de la ville de Limoges.

 

dossier de presse;    perturbateurs endocriniens:conseils aux parents;     affiche de la campagnela brochure du RES sur les PE ;

 17 avril 2016 Retrait du diméthoate du marché, et clause de sauvegarde contre une distorsion de concurrence. L’AMLP salue cette décision ministérielle.

Le diméthoate préservait les cerises de la mouche drosophila suzukii, mais contaminait les consommateurs.
En effet à plusieurs reprises l’Anses retrouvait un dépassement notable des LMR (limites maximales de résidus) de ce pesticide dans ces fruits. Le diméthoate est un neurotoxique, perturbateur endocrinien reconnu par l’UE, suspecté cancérigène et reprotoxique probable outre-atlantique.

lire notre communiqué de presse

rando_pesticides

13 avril 2016 – Une randonnée, dimanche, dans les vergers en fleurs, à l’invitation de la Confrérie de la pomme du Limousin? Cette initiative ne nous paraît pas la bienvenue.

 

En effet, les épandages de pesticides ont commencé, et le travail dans les vergers n’est pas, actuellement, sans risques pour les pomiculteurs eux-mêmes. A plus forte raison, les enfants et les femmes enceintes ne doivent pas fréquenter ces lieux.

lire le communiqué commun de Allassac ONGF et de l’AMLP

 

 

 

 

 

 courcomptes-800x450

19 mars 2016 La cour des Comptes recommande de rendre obligatoire la surveillance des pesticides les plus nocifs dans l’air

La Cour des Comptes se préoccupe de la pollution chronique de l’air par les pesticides et fait des recommandations aux Ministères de la Santé et de l’Ecologie

lire son rapport de déc 2015

 

 

15 mars 2016 –  Néonicotinoïdes: « Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a mis tout son poids dans la balance. »

Mais à la différence de la quinzaine d’organisations d’apiculteurs et de défenseurs de la biodiversité qui ont appelé à un rassemblement devant le Palais-Bourbon mardi matin, ce n’est pas pour convaincre les parlementaires d’en finir avec ces « insecticides tueurs d’abeilles », comme les qualifient les ONG. Au contraire…

 

3 mars 2016 Santé-environnement : la France marque des points auprès de la Commission européenne.

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal s’est entretenue avec le Commissaire européen à la santé. Plusieurs doléances françaises, notamment sur le glyphosate, ont reçu un bon écho même si la Commission se veut prudente.

lire l’article de Florence Roussel dans Actu-Environnement

 

2016022615060827_540_397_1_0

1er mars 2016 – Une nouvelle enquête de Générations Futures ( la 6ème) vient confirmer que les riverains des zones d’épandage de pesticides sont exposés de façon permanente, tout au long de l’année.

20 pesticides, en moyenne, ont été détectés par habitation testée, dont 12 sont des perturbateurs endocriniens.

lire l’enquête de Générations futures (GF).
écouter le témoignage d’une riveraine et  l’interview de Nadine Lauverjat, porte-parole de GF sur France-Inter dans le journal de 13h

Ce même jour, la revue médicale en ligne « Fréquence médicale » rend compte de cette enquête et interroge le Dr Périnaud sur pesticides et santé.
écouter l’interview du Dr Périnaud

 

manif Bordeaux

 

14 février 2016 Ce dimanche, à Bordeaux, malgré la pluie , un millier de personnes manifestaient contre les pesticides.

Le succès de cette « marche blanche » sous la pluie a agréablement surpris ses organisateurs : la Confédération paysanne de la Gironde, plusieurs associations et collectifs (Alerte pesticides Léognan, Générations futures, Les amis de la Terre, Allassac ONGF).

lire dans Le Monde

 

10 février 2016 – Le 1er février, 4 membres de l’AMLP étaient reçus à la Direction Générale de la Santé,  l’objectif étant d’obtenir que le dossier de Preignac, en Gironde ( suspicion d’un agrégat de cancers pédiatriques en terre viticole)  ne soit pas classé sans suite. Il faudra attendre.
Les cancers de l’enfant dus aux pesticides: un détail?

lire notre communiqué de presse

16 décembre 2015 La Cour Européenne de Justice condamne la Commission Européenne (CE) pour manquement à l’obligation qui lui était faite d’établir, pour décembre 2013, les critères de définition des perturbateurs endocriniens.

En juillet 2014, la Suède avait porté plainte contre la Commission auprès de la Cour de Justice pour avoir reporté sine die la définition des perturbateurs endocriniens, sous la haute pression des lobbies de l’agro-chimie. Le tribunal  de l’Union Européenne vient donc de condamner la CE. Cet arrêt impose-t-il clairement la réparation du manquement à l’obligation? Et si oui, dans quels délais?

lire le communiqué de presse;  lire l’arrêt du tribunal;   écouter l’annonce de la condamnation; video de l’annonce;    lire dans Le Monde

12 novembre 2015 – Les cancers de la vessie d’origine professionnelle sont en augmentation, selon le bilan annuel de l’Assurance Maladie présenté ce jour. Parmi les toxiques en cause, les pesticides.

Le rapport précise: « La forte proportion des cancers de la vessie est liée au dispositif de repérage de ces cancers initié en 2008. L’objectif de ce dispositif est d’informer les assurés de leur droit à réparation en cas de reconnaissance de maladie professionnelle. Ce dispositif part du double constat que peu de cancers de la vessie sont reconnus en maladie professionnelle et qu’il existe une augmentation régulière de demandes de prise en charge en affection longue durée (ALD) pour ce type de cancer »
Ce que le rapport omet de mentionner c’est la non- prise en compte de l’importante cohorte des travailleurs de la sous-traitance et des intérimaires dans le dispositif de repérage, parce que leur suivi d’exposition professionnelle n’est pas assuré.
Cette faille majeure dans le dispositif fait qu’un grand nombre de cancers d’origine professionnelle ne sont pas repérés ni donc comptabilisés (explication dans le docu d’Eric Guéret dans la séquence 1h–>1h09mn)

lire dans Le Généraliste ; lire sur le site de l’Assurance Maladie page 11;

26 octobre 2015Roundup, l’herbicide qui sème la discorde.

Au printemps, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré le glyphosate « cancérigène probable », ouvrant une bataille rangée autour d’une substance désormais omniprésente dans l’environnement. Stéphane Foucart, dans le Monde, enquête sur les querelles d’experts autour de cet herbicide de loin le plus utilisé sur la planète, mais dont la prétendue innocuité est maintenant largement battue en brèche.

lire dans Le Monde     Lire aussi « Le bénéfice des cultures « Roundup ready » en question »

 

2 octobre 2015 Suspicion d’agrégat de cancers pédiatriques en région viticole: l’ARS doit revoir sa copie

Communiqué de presse de l’AMLP: A la suite du signalement effectué par le Maire de Preignac, qui avait été informé de 4 cas de cancers pédiatriques dans sa commune entre 1999 et 2012, l’étude demandée par l’ARS et confiée à l’Institut de Veille Sanitaire, vient d’être publiée en août 2015. L’étude était bouclée en juin 2013

lire le rapport de l’InVS

lire notre communiqué lire dans Le Généraliste ;     lire sur le site « Vitisphère »interview du Dr Périnaud sur France-Info

1er octobre 2015 Les gynécologues et obstétriciens s’alarment:  « les hausses dramatiques de l’exposition aux produits chimiques toxiques au cours des quatre dernières décennies menacent la santé et la reproduction de l’espèce humaine ».

Et lancent un appel à leurs collègues à influer sur le politique. 
Chers confrères soyez les bienvenus à l’AMLP!

lire dans le Monde;   lire le communiqué de presse en français;   lire l’article original en anglais
lire l’article en français

Les endocrinologues ne sont pas en reste:« Les preuves des dégâts sanitaires des perturbateurs endocriniens sont plus définitives que jamais »

Diabète de type 2, obésité, cancers hormonodépendants (sein, prostate, thyroïde) et troubles neuro-comportementaux (troubles de l’attention, hyperactivité, etc.): l’incidence de ces pathologies va croissant, en lien avéré avec la pollution environnementale.

lire la publication de l’Endocrine Society, de septembre 2015

Bien sûr ces publications ne constituent pas un scoop. Elles viennent confirmer toutes les précédentes sur le sujet, le tout représentant aujourd’hui un imposant dossier à charge.

Rapide historique, non exhaustif:

    – En 2005, l’appel de Prague : « Au vu de l’ampleur des risques associés aux perturbateurs endocriniens, nous croyons fermement que les incertitudes scientifiques ne devraient pas retarder la mise en oeuvre du principe de précaution visant à réduire les expositions aux risques des perturbateurs endocriniens ».

lire l’appel de Prague

Janvier 2012, le rapport Kortenkamp: De nombreuses molécules chimiques présentes dans l’environnement, et qui imprègnent aussi la population, possèdent cet effet PE  qui les rend particulièrement dangereuses pour les enfants, depuis leur conception jusqu’à la fin de leur puberté.
accéder au rapport

 – 2012 encore, le rapport OMS/PNUE: « Au vu des différentes conséquences observées (troubles de la reproduction, cancers, troubles métaboliques etc.) qui peuvent être imputées aux pesticides, il n’est à présent plus possible de minimiser l’impact des pesticides PE sur la santé des Hommes et des animaux. »
 accéder au rapport

Mai 2013, la déclaration de Berlaymont : « Nous sommes préoccupés par le fait que la prévalence des maladies endocrines n’a jamais été aussi élevée. Le poids de la morbidité continue à croître dans l’UE et dans le monde. Les preuves que les facteurs environnementaux, dont l’exposition chimique, jouent un rôle dans ces phénomènes, s’accumulent. »
lire la déclaration

Juin 2013, le rapport de l’Inserm: le lien est avéré entre exposition chronique aux pesticides et certains cancers de l’adulte et de l’enfant, maladies neurodégénératives, malformations congénitales, troubles du neurodéveloppement, maladies endocrines…
accéder au rapport

 22 septembre 2015 – Générations Futures enfonce le clou: « des pesticides interdits, ou suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE), dans des salades. »

PE SALADES GF

 

 

Les résultats de leur 5ème enquête EXPERT confirment « l’urgence d’une action préventive forte dans ce domaine des PE, ces substances qui menacent le développement du fœtus et du jeune enfant même à faibles doses. »

lire sur le site

 

 

 

 

 

10 septembre 2015 – Monsanto condamné pour l’intoxication de Paul François, agriculteur en Charente.

La Cour d’Appel de Lyon confirme le jugement en 1ère instance de 2012.
En 2004, Paul François inhale accidentellement du Lasso, un herbicide à base d’alachlore, contenant 50 % d’un solvant non mentionné sur l’étiquette, le monochlorobenzène. Aucune mention, non plus, de précautions d’usage. Après une intoxication aiguë sévère, il garde des troubles neurologiques invalidants.
Une belle victoire pour Paul François et son avocat François Lafforgue.

lire dans Le Monde     lire dans Bastamag        lire sur le site de Phytovictimes

 

30 juillet 2015 – Les Etats-Unis inquiets des intentions de l’UE sur les perturbateurs endocriniens (PE)?

Surprenant, cette inquiétude.
En effet, si la France s’était montrée un temps entreprenante dans la chasse aux perturbateurs endocriniens, la Commission Européenne a malheureusement décidé, il y a bientôt 2 ans, qu’il était urgent de ne pas s’en occuper.  Et aujourd’hui encore, assise sur ses promesses non tenues, toute honte bue, elle reporte au lendemain.

lire l’article

29 juillet 2015Y-a-t-il du poison dans nos assiettes?

La chaîne D8 diffuse un reportage qui fait un détour chez les arboriculteurs en Limousin et au siège de l’AMLP. Après 1mn45 de présentation, on accède au Limousin à la 41ème minute .

voir le reportage

26 juillet 2015 – France Inter rediffuse ce dimanche matin, dans l’émission Interception, le reportage de Pascal Dervieux et Lionel Thomson:  » Pesticides : quand les victimes se rebiffent… ». Une piqûre de rappel qui n’est pas inutile. Dans le même temps, l’Assemblée vient de valider la proposition du Sénat d’avancer l’interdiction des pesticides à 2017 pour les collectivités et 2019 pour les particuliers.

réécouter l’émission

 

10 juillet 2015 Marie Lys Bibeyran, salariée viticole dans le Médoc, qui alerte sur les risques des pesticides dans la viticulture, nous informe que l’ARS d’Aquitaine a mis en place une plateforme pour recevoir et gérer les plaintes  en matière de pesticides.

voir le protocole « Phytoplainte » de l’ARS;    voir la fiche de signalement

C’est une initiative utile, qui permet aux riverains d’obtenir au moins une reconnaissance des nuisances qu’ils subissent, et qui peut-être fera progresser, chez les agriculteurs, la prise de conscience des risques des pesticides.

 

7 juillet 2015 – Pesticides: Ouverture d’une enquête préliminaire par le Pôle Santé Publique du TGI de Paris pour homicide involontaire

Le 27 Avril dernier, Valérie Murat déposait une plainte contre X devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour homicide involontaire sur la personne de son père. Atteint d’un cancer en 2010, dont le caractère professionnel lié à l’utilisation de l’arsénite de sodium a été reconnu en février 2011, James Bernard Murat, vigneron du Bordelais, a succombé des suites de cette maladie le 8 décembre 2012.

La plainte est jugée recevable et une enquête préliminaire est ouverte.

lire la suite sur le site de l’association Phytovictimes

lire aussi dans Le Monde

6 juillet 2015 de la dette grecque à la dette allemande contemporaine, via la chimie, dont les pesticides

 

Le Monde Basf Allemagne

 

Un article de Stéphane Foucart, du Monde.

Une série d’études conduites par une vingtaine de chercheurs internationaux et coordonnées par Leonardo Trasande, spécialiste de santé des populations, professeur à l’université de New York, ont  été réalisées avec l’objectif d’évaluer le coût économique des dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques dans l’Union européenne.
lire l’article

 

 

 

30 juin 2015 – Suite à la plainte de l’UNAF( union nationale de l’apiculture française) à l’encontre de l’Anses et du Ministre de l’Agriculture, le tribunal administratif de Versailles annule 2 AMM accordées ILLEGALEMENT par le Ministre sur une évaluation du risque, par l’Anses, non conforme à la réglementation (AMM concernant le Cruiser 350 et le Cruiser OS)

CRUISER UNAF

 

 

L’AMLP se réjouit de cette décision de justice, et félicite l’UNAF pour son travail de contre-expertise.

lire le communiqué de presse de l’UNAF

 

 

 

 

 

 

 

Un billet d’humeur du Dr Périnaud, président de notre association. Il a participé à un groupe de travail, à l’Anses, qui pourrait bien être de la poudre aux yeux.

Anses: l’agence est désormais chargée des décisions d’AMM, qu’est-ce que ça change? . . . .
lire la suite de ce billet

 

 Les lymphomes liés aux pesticides sont inscrits au tableau des maladies professionnelles à la MSA (décret du 5 juin 2015)
Mais le glyphosate n’est pas dans la liste.                  

  en savoir plus

 

 Les Docteurs Nicolle et Bonmatin qui avaient fait le point sur l’impact environnemental et sanitaire des Néonicotinoïdes lors d’une table ronde en mai à l’Assemblée Nationale, sont interviewés ce mois de juin 2015 dans la publication des apiculteurs de l’UNAF <

lire l’article

Les professeurs Sultan et Kalfa, du CHU de Montpellier, confirment le lien direct entre pollution environnementale pendant la grossesse et malformations génitales chez les garçons. Ils tiennent une conférence de presse lundi 8 juin à 14h au CHU de Montpellier (hôpital la Colombière)

Depuis plusieurs années, l’équipe d’Endocrinologie Pédiatrique et d’Hormonologie du CHRU de Montpellier (Pr Ch. Sultan, Dr F. Paris, Dr L. Gaspari) évalue l’impact de la pollution environnementale sur la santé de l’enfant (malformation génitale, retard de croissance, obésité, puberté précoce).

Parmi ces malformations, l’hypospadias, anomalie congénitale de la verge du nouveau-né, voit sa fréquence augmenter dans le sud de la France (rapport de l’Institut National de Veille Sanitaire, 2011).
Plusieurs études ont déjà tenté d’établir un lien entre pollution pendant la grossesse et malformations génitales. A ce jour aucune conclusion définitive n’a cependant pu être tirée.
Le travail des équipes d’Endocrinologie Pédiatrique et d’Hormonologie (Pr Ch Sultan) et de Chirurgie Pédiatrique (Pr N Kalfa) du CHRU de Montpellier démontre, pour la première fois, que l’exposition professionnelle, habitationnelle ou domestique, et a fortiori leur association, augmente fortement le risque de malformation génitale.
L’amplitude de cette étude, sa rigueur méthodologique et l’exhaustivité de l’analyse des facteurs environnementaux viennent d’être validés par une publication dans European Urology, 1ère revue mondiale d’urologie (Impact factor 12.5).

 

 

MONSANTO LYON MAI 2015

Le 28 mai 2015, l’agriculteur Paul FRANÇOIS, président de l’association Phytovictimes, affrontait en 2ème instance l’industriel Monsanto, au Palais de Justice de Lyon.

L’AMLP, avec plusieurs autres associations, était venue le soutenir.

Lire le compte-rendu sur le site de Phyto-victimes
Lire leur communiqué de presse

 

 

 

Le 6 mai 2015 le Dr Michel NICOLLE, de Caen, membre de  l’AMLP, a participé à une table ronde à l’Assemblée Nationale sur « L’apiculture et les néonicotinoïdes », à charge pour lui de faire le point sur Néonicotinoïdes et Santé humaine.
Le 24 juin, de nouveau invité à un colloque à l’Assemblée Nationale sur le même sujet, et accompagné du Dr Périnaud, il faisait une mise au point en complément de celle du 6 juin.

voir le diaporama; voir l’argumentaire ; voir un tableau résumé des effets secondaires ;
lire l’intervention du Dr Nicolle;
voir la vidéo à l’Assemblée Nationale; lire l’intervention du 24 juin

Ce 6 mai, parallèlement, l’AMLP, par un communiqué de presse, lance un appel aux politiques à prendre leurs responsabilités face à la récente publication du CIRC déclarant le Glyphosate cancérigène probable, et face à l’évaluation accablante faite par le Groupe de Travail sur les néonicotinoïdes.

lire le communiqué de presse     Communiqué relayé par « Le Généraliste »

 

Endoc(t)rinement9 août 2014 – France 5 diffuse un documentaire de Stéphane Horel particulièrement éclairant sur les conflits d’intérêts au plus haut niveau de l’Europe, dont tous les citoyens paient le prix.

La Commission Européenne devait, pour décembre 2013, se doter des outils, qui existent, pour définir les perturbateurs endocriniens et donc les faire apparaître officiellement dans la législation.
Une fois définis, une bonne partie d’entre eux devait être frappée d’interdiction par la réglementation de 2009.
Les lobbies industriels ont investi la Commission et fait repousser ce projet.
Les femmes enceintes et les enfants continueront d’être exposés à quelques dizaines de perturbateurs endocriniens particulièrement à risque pour eux.
Voir le documentaire

 

 

BERLAYMONT
Un collectif de 89 scientifiques du monde entier vient de signer ce 11 septembre 2013

LA DÉCLARATION DE BERLAYMONT

Invités en juin 2012 par la Commission Européenne à débattre des réglementations

à venir sur les perturbateurs endocriniens, ils font le constat que ceux-ci menacent

gravement la santé de l’homme, de la faune et de la flore.

Ils invitent explicitement les politiques à ouvrir les yeux sur ces dangers et à mettre

en place des réglementations conformes aux principes scientifiques éprouvés.

Ils mettent en garde contre certaines propositions de réglementations qui placent

les intérêts commerciaux avant la protection des populations.

                            Lire la déclaration

le complexe Berlaymont à Bruxelles

 

 

carte épandages France

 

         – les épandages aériens de pesticides

            sont interdits en France depuis 2009

          – mais ils continuent d’être régulièrement pratiqués

            grâce à des dérogations préfectorales

                            (cliquer sur l’image pour l’agrandir)

                                         lire l’article sur bastamag

 

Aurel dans le Monde 4 octobre 2013

 

Les perturbateurs endocriniens au cœur d’un scandale européen

( dans Le Monde du 4 octobre 2013, par Paul Benkimoun et Stéphane Foucart)

« Le dossier est si explosif qu’il est désormais entre les mains du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Sa conseillère scientifique, Anne Glover, devrait ainsi réunir dans les prochains jours l’ensemble des scientifiques impliqués dans une violente controverse aux enjeux économiques de taille : quelle position les Etats membres doivent-ils adopter vis-à-vis des perturbateurs endocriniens ? » lire la suite  

dessin de Aurel dans ce même article du Monde du 4 octobre 2013

cliquer sur l’image pour l’agrandir

mougey

 Expertise INSERM juin 2013

–  Cancers

–  Maladies neurologiques

– Cancers et troubles du développement chez   l’enfant après exposition professionnelle ou domestique de leurs parents

–  Troubles de la fertilité

– Crénon…si les pesticides étaient dangereux, ça se saurait !

              dessin de Mougey paru dans le Canard Enchaîné

 

 

 

Carson RachelEffets sur la faune sauvage,dès 1962…..

  – Lien entre disparition de certaines espèces d’oiseaux et résidus de pesticides (OC) dans eaux, le sol – Attribué au rôle de perturbateurs endocriniens de certains pesticides – Reproduit par des études toxicologiques chez les rongeurs – Theo Colborn 1996 : Our Stolen Furtur : troubles graves de la reproduction sur les reptiles, oiseaux, poissons, mammifères, homme = polluants chimiques

 

 

 

 

 

 

 

                 nombre de pesticides dans les eaux surfaces 2012
      Nombre de pesticides quantifiés dans les cours d’eau en 2012

– sur 89 % des points de mesure, présence de pesticides
– sur plus de 25 % des points de mesure, plus de 20 pesticides  par point.

       Ces résultats n’émeuvent pas les autorités sanitaires qui méconnaissent les
effets
cocktails.

(cliquer sur la carte pour l’agrandir)

 

 

 

 

 

pesticides concentration dans eaux de surface 2012

 

          Concentration totale en pesticides dans les cours d’eau en 2012

– 40 points de mesure présentent plus de 5 µg/litre ( eau impropre à la
potabilisation)
– 23 % des points de mesure sont entre 0,5 et 5 µg/litre
(eau impropre à la
        consommation)

    Là encore, les autorités se veulent rassurantes parce que 75 % des points ne dépassent pas le seuil de 0,5µg/l , feignant d’ignorer les nombreux pesticides perturbateurs endocriniens, qui sont des substances sans seuil.

(cliquer sur la carte pour l’agrandir)